Actions de prévention

Interventions Sécurité routière

          Dans le cadre des journées de Sécurité Routière, l’AFTC28 est sollicitée chaque année par la préfecture d’Eure et Loir pour intervenir auprès des collégiens et lycéens, afin de les sensibiliser aux problèmes liés au traumatisme crânien.

          Près de 600 élèves sont concernés par ces interventions, mais aussi l’IFSI de Dreux et le Centre d’Essais PSA à La Ferté Vidame.

          Notre intervention est conjuguée à celle des Pompiers, de la Gendarmerie, de la Police Nationale et de la Prévention Routière. Elle permet au total de sensibiliser plusieurs milliers d’élèves du département sur les conduites à risques et leurs conséquences. Les tranches d’âge concernées s’étalent de 14 ans, période du BSR, à 20 ans, passage du permis de conduire.

         Notre action est assez large puisqu’elle évoque tous les facteurs de risques inhérents à la conduite automobile: addiction, conditions météo, problèmes personnels, état du véhicule et de la chaussée…

         Cependant, notre intervention est plus particulièrement axée sur le traumatisme crânien et ses conséquences à court terme et à long terme, de la prise en charge d’urgence jusqu’au devenir du blessé.

aftc28

          Pour cela, et nous tenons à le remercier, nous sommes accompagnés dans notre démarche, par Jean-Pierre, traumatisé gravement atteint, qui témoigne de son accident survenu il y a 20 ans, de son coma, de sa rééducation et de ce qu’est sa vie aujourd’hui. Son témoignage est d’autant plus marquant que son accident résulte de la conjugaison de plusieurs facteurs: week-end, fête, alcool, 5 personnes dans la voiture, virage, perte de contrôle.

          Nous diffusons également les témoignages de Frédéric, Anne et Thierry, réalisés par l’AFTC Midi-Pyrénées: « Si seulement… »

          Les réactions des élèves sont diverses. Elles vont du détachement « Cela n’arrive qu’aux autres », aux pleurs, voire malaises (essentiellement des reviviscences d’événements vécus par la famille ou les amis). Néamoins nombres d’entre eux sont captivés par le parcours de Jean-Pierre et n’hésitent pas à poser de nombreuses questions.

          Dans l’ensemble, ces élèves ont une méconnaissance totale du traumatisme crânien et de la gravité de ses conséquences.